Warm Gun : c’est froid

Par iMike le 14 octobre 2011 à 18h05

Warm Gun : c'est froid

En voilà un projet ambitieux : un FPS orienté multijoueurs motorisé sous Unreal ! Hélas, Emotional Robots rate à peu près tout.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

À l’exception d’Infinity Blade, quel est le jeu motorisé Unreal qui n’a pas déçu ? Ils sont très rares en effet ces titres qui sont su sortir de l’ornière pour aller au-delàde ce simple argument de vente. Malheureusement, malgré d’évidentes qualités, Warm Gun ne va pas redorer ce blason.

Pourtant, les choses partent plutôt bien avec ce jeu signé Emotional Robots. Le scénario est ainsi suffisamment couillon pour attirer la sympathie : après la troisième guerre mondiale, l’humanité (enfin, ce qu’il en reste) est revenue aux bons vieux temps du Far-West. Les plus brutaux partent àla chasse aux dernières gouttes de pétrole, et c’est làque le joueur intervient : il va falloir se faire un nom au milieu de racaille pour mériter d’être le grand patron incontesté du secteur !

Far-West post-apo

Le jeu offre la prise en main de quatre personnages : un prêtre, un prospecteur, un shaman et un forgeron. Chacun a évidemment ses propres caractéristiques et armes, et on ne saurait trop conseiller au joueur de tous les tester dans le mode hors ligne avant de s’embarquer dans le multi sur lequel, bien évidemment, on reviendra.
Chaque dur àcuire emporte avec lui trois armes : une de « mêlée » (une hache pour le forgeron, une sorte de lance électrique pour le shaman…), un fusil pour les tirs éloignés, ainsi qu’une bombe. Les munitions sont illimitées, il ne faudra donc pas se priver et arroser autant qu’on le souhaite !

   

Ce mode solo, si on peut l’appeler comme ça, permettra au tireur de reconnaitre et d’apprendre les cinq maps proposées dans leurs moindres recoins - et ils sont nombreux ! Soyons gré au studio d’avoir imaginé des cartes bourrés de caches et de planques en tout genre, qui permettront aux plus vicieux d’aligner leurs adversaires sans coup férir…

Avant d’aller plus loin dans ce test, il faut tout de même évoquer son plus gros défaut : les commandes. La jouabilité du titre est ce qui le plombe le plus, malgré les trois jeux de contrôles proposés. Làoù on s’attend assez légitimement àun FPS dans la droite ligne des meilleurs représentants du genre (Modern Combat 2, Shadowgun…), le studio a bricolé un système bancal mixant le double pad, un pour se diriger l’autre pour viser, avec un troisième bouton pour tirer ! À ce que je sache, les humains n’ont pas encore trois mains.

Fort heureusement, le studio propose deux jeux supplémentaires : un avec juste deux pads, et un qui se contente du pad directionnel et du bouton de tir, charge au joueur de viser en glissant le doigt sur l’écran. Ces deux types de commandes se montrent malgré tout très imprécis, même si les développeurs offrent de régler la sensibilité de chacune des actions - on mettra un temps fou àtrouver celui qui convient (le mode Single Stick m’a semblé le plus efficace). Il n’en reste pas moins pratiquement impossible de courir vers l’avant, viser une cible sur le côté et tirer : il faudra pratiquement toujours rester stable pour pouvoir viser un peu proprement.
Quitte àen rajouter, on aurait vivement souhaité pouvoir disposer les boutons où on le souhaite. Sur iPad, on se mélange vite les doigts avec les différents pads…

Bref, malgré la profusion (relative) des options de contrôles, ces derniers se montrent bien plus frustrants qu’amusants, en tout cas ils se révèlent par trop insuffisants pour faire la blague et offrir leur comptant de FPS aux fans.

Un flingue qui s’enraye

Warm Gun joue sur une corde sensible : celui d’être le premier FPS Unreal multijoueurs. Malheureusement làaussi, la déception est de mise. Il est déjàassez difficile de trouver une petite place sur les serveurs de Gamespy - rien que la création d’un compte a longtemps renvoyé vers une « erreur inconnue » particulièrement pénible. Mieux vaut créer un compte directement sur le site web du service.
Une fois loggué, et en espérant passer àtravers les crashs, seuls quatre joueurs peuvent se faire face. Le jeu n’offre aucun tableau des scores, ni ne propose de classements persistants ou encore de points d’XP. C’est très très léger pour un jeu qui se veut orienté multi…

Pourquoi ne pas avoir fait appel àGame Center, qui offre un système de match-making, des classements, des trophées ? Voilàce qu’il manque àce Warm Gun, et encore, c’est bien le minimum que l’on puisse aujourd’hui attendre d’un jeu multi…

Voilàqui n’est déjàpas facile àavaler. Mais si on rajoute en plus une réalisation tout juste honnête, le jeu ne s’en tire franchement pas avec les honneurs du jury. Les bots et les adversaires humains semblent en effet « flotter » sur le sol, il est même arrivé que certains ennemis trépassent àun mètre dans les airs. Les bots ont tendance soit àbouger trop vite (et vu qu’il est pratiquement impossible de viser en bougeant…), soit àrester droit comme des piquets. L’AI n’a pas l’air très au point…

Il ne suffit pas de prévaloir du moteur Unreal pour réaliser un joli jeu. En l’état, Warm Gun offre quelques décors plutôt bien fichus, mais le tout reste bien trop carré pour être honnête. Seules certaines atmosphères, de crépuscule notamment, sont bien rendues. La modélisation des personnages est plus que moyenne, quant àleur animation, elle aurait mérité d’être vraiment travaillée.
La bande-son se fait elle assez discrète, avec quelques airs de banjo somme toute bien dans le ton western.

Pour conclure

Emotional Robots fait valoir qu’il est un studio indépendant, sous-entendez : « Suffisamment courageux pour se lancer dans un FPS Unreal multijoueurs ». Cette excuse est-elle suffisante pour passer l’éponge sur des commandes moisies, des graphismes àrevoir, une animation pauvre, des problèmes de serveur ? Je ne crois pas. Les joueurs qui auront claqué les 3,99 euros demandés pour Warm Gun font un sacré pari sur l’avenir : ils espèrent que l’éditeur va multiplier les mises àjour pour hisser le niveau du jeu. Pour l’instant, le studio tient sa promesse avec une première mise àjour qui effectivement, améliore un peu l’ordinaire, en particulier au niveau des performances pour les appareils les moins puissants.
En attendant, on ne peut que conseiller, si vous êtes toujours intéressé, de vous reporter sur Warm Gun : Carnival of Bullets, le pendant gratuit du jeu qui sous couvert d’offrir des stands de tir genre fête foraine, donnera une idée de ce àquoi s’attendre.

Version de test : 1.04
Machine de test : iPhone 4, iPad 2
Niveau d’anglais requis : non
Poids : 187 Mo
Affiliation réseau : Gamespy

Téléchargez Warm Gun
Téléchargez Warm Gun : Carnival of Bullets

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page