Piggy Adventure : tout n’est pas bon dans le cochon

Par iMike le 21 octobre 2011 à 18h05

Piggy Adventure : tout n'est pas bon dans le cochon

Dans le genre « jeu casual », Com2Us s'impose un peu là avec des titres comme Slice It qui ont amusé des générations entières de joueurs (comment ça, j'en fais trop ?). On souhaite la même bonne fortune à Piggy Adventure, mais c'est pas gagné.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Adieu veaux, vaches, cochons… et couleurs. Le royaume d’Avelon a vu ses couleurs volées par un méchant quelconque. Trois valeureux aventuriers, Steezy le cochon, Haden le poulet et Moochez la vache partent récupérer toutes les bulles de couleur afin de réenchanter non pas le rêve français, mais leur contrée.

Le dernier jeu de Com2Us marche dans les pas de MiniGame Paradise ou Slice It, c’est àdire un titre orienté casual, ce qui n’a rien de répréhensible en soi - on a tous besoin d’un petit jeu pour s’occuper dans les transports en commun. Reste qu’il s’agit aussi de respecter les joueurs, surtout pour un titre au tarif largement (et étrangement) supérieur aux 0,79 euro habituels pour ce type de production.

Un poulet sur un cochon sur une vache

Une vache, un cochon, un poulet, donc. Ce sont les trois héros que l’on dirigera tout au long des mondes de Piggy Adventure - et même si le nom du jeu met l’accent sur la composante àgroin du trio, tous les aventuriers sont les héros du titre, chacun àpart égale.
Le principe du jeu est fort simple : se servir des capacités et compétences des uns et des autres pour récupérer le maximum de bulles de couleur. La vache est très puissante, mais ne saute pas très haut. Le poulet se glisse dans les interstices les plus étroits. Le cochon est polyvalent et c’est celui qui saute le plus haut.

 

Dans chacun des niveaux, il faudra donc faire preuve de jugeote, utiliser les capacités de chaque animal pour que tout le monde atteigne la fin du tableau. Rien de plus aisé de prime abord, et malheureusement pour le joueur, le jeu se montre aussi beaucoup trop facile : les niveaux sont très petits et il ne faut pas plus de 30 secondes pour saisir ce qu’il faut faire et dans quel ordre pour y parvenir.

Les quelques 40 niveaux, dont 8 niveaux tutoriels sans intérêt, se déroulent en effet particulièrement rapidement ; en une grosse demie-heure, on a fait le tour du jeu ce qui est vraiment pas terrible compte tenu du prix du jeu (2,39 euros sur iPhone). Les pièges sont extrêmement simples àrésoudre, ce d’autant que l’éditeur a intégré un système d’aide sans contrepartie (si ce n’est d’attendre quelques secondes entre chaque astuce) qui vide le titre d’une grande partie de son intérêt.

Alors certes, Com2Us promet des « Ã®les » supplémentaires àl’avenir, et au vu de l’historique de l’éditeur en la matière, il n’y a aucune raison de ne pas le croire, mais franchement deux ou trois chapitres en plus n’auraient pas nui.

C’est d’autant plus dommage que même si objectivement le titre s’adresse aux plus jeunes, les mécanismes àl’oeuvre sont plutôt amusants. La plupart du temps, nos trois héros seront placés àplusieurs endroits du niveau, chacun ayant une tâche àaccomplir pour permettre aux autres de bouger. Les séquences les plus intéressantes sont celles qui font évidemment appel aux capacités de chaque animal - le poulet et sa petite taille seront notamment très utilisées, mais dans l’ensemble, on ne peut pas dire qu’untel domine par-rapport aux deux autres.

Au niveau des contrôles, on passe de l’un àl’autre des protagonistes en tapotant sur son icône ; sur iPhone, ces trois boutons sont assez proches du bouton de saut, ce qui peut àl’occasion occasionner des petits soucis un rien embêtants ! De même, on aurait aimé savoir de façon plus prononcée encore quel est le héros que l’on manipule car on s’y perd parfois.
En plus du contrôle tactile, il est possible d’utiliser l’accéléromètre, une option àréserver aux plus hardcores, le jeu faisant en effet appel àune certaine précision.

Étrange histoire

Il y a tout de même un truc pas net au niveau de la réalisation. Le scénario est censé se dérouler dans un pays où toutes les couleurs ont disparu, bon. Mais comment se fait-il alors que les niveaux pètent de couleurs ? Visiblement, il y a eu chez Com2Us comme une incompréhension entre le département graphique et celui qui s’occupe des scénarios ! Enfin, tout cela n’a rien de très grave.
Graphiquement parlant, le jeu est donc plutôt mignon mais n’a rien pour autant de transcendant. C’est dans la moyenne des jeux casual, mais le titre remporte la mise avec des personnages aux mimiques certes limitées mais amusantes (la vache sélectionnée a des coeurs dans les yeux…).

Petite originalité amusante, il est possible d’enregistrer en vidéo ses exploits et de les partager sur Facebook, YouTube, ou encore de conserver l’enregistrement au sein de sa galerie Photos. L’intérêt est proche du néant absolu mais c’est rigolo.

La bande-son est étrangement calme, se contentant durant le jeu de piaillements d’oiseaux. Pas de bruitages, pas de musique (en-dehors des menus de sélection), le titre laisse vraiment toute sa place àla réflexion.
Du côté du réseautage, Game Center prend la main avec des classements et une liste de 44 réalisations.

Pour conclure

Piggy Adventure n’est clairement pas la meilleure réalisation de Com2Us : certes, l’univers est rigolo (mais pas très cohérent avec le scénario) et les protagonistes fort sympathiques, mais le jeu manque par trop de contenu et se révèle bien trop facile pour attirer plus que les joueurs les plus jeunes - et encore, ceux qui sont assez fortunés pour dépenser plus que 0,79 euro pour un titre qui n’en vaut guère plus… mais que l’éditeur propose trois fois plus cher.

- Téléchargez Piggy Adventure

+ Trois héros sympathiques
+ Mécanismes bien digérés
+ Réalisation correcte

- Scénario étrange
- Trop court !
- Trop facile !
- Trop cher !

Version de test : 1.0.2
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : non
Poids : 19,1 Mo
Affiliation réseau : Game Center

 

Note FunTouch.net : 6/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page