Tasty Planet :
le cauchemar de Darwin

Par iMike le 25 novembre 2011 à 18h05

Tasty Planet : 

le cauchemar de Darwin

Quand vous avez faim, vous mangez, en règle générale c'est ainsi que cela se passe. Mais quand le tas de boue de Tasty Planet a la dalle, c'est bien toute la planète qu'elle s'apprête à dévorer !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Méfiez-vous de la boue grise qui sommeille : sans doute y trouverez-vous àl’intérieur un monstre dont la gloutonnerie risque bien d’amener le monde àsa perte ! C’est déjàarrivé auparavant, et ça risque bien de recommencer aujourd’hui puisque le studio Dingo Games propose une vraie/fausse suite de Tasty Planet, qui se se propose désormais de voyager dans le temps.

Tout dévorer sur son chemin sans craindre les crises de dents ou la cellulite : qui n’a jamais rêvé de ça ? Bon, dans Tasty Planet, le joueur en est réduit àun petit tas de boue gris et sans grâce, mais nanti d’une voracité sans égale - et il ne faudra pas se priver de tout engloutir sur son passage car dans ce monde dangereux, il faut manger pour éviter d’être mangé àson tour.

Un monde àmanger

Tasty Planet : Back for Seconds est la suite de Tasty Planets premier du nom, un jeu sorti en février dernier, chez le même éditeur. Plutôt que suite, on devrait plutôt parler d’une mise àjour de contenu puisque ce nouvel épisode n’apporte quasiment rien de neuf par-rapport àson prédécesseur, si ce n’est de nouveaux niveaux justifié par un alibi scénaristique bancal mais rigolo : la boule de gelée grise est née dans un laboratoire où deux scientifiques étudient les voyages dans le temps. Et devinez ce qui se passa lorsque celle-ci s’infiltra dans le prototype de machine àremonter les strates du temps ? Bingo : voilànotre boule partie àla découverte des délices planqués dans différentes époques temporelles.

Le jeu est émaillé de petites BD racontant comment la boue altère le temps et l’Histoire : àcet égard, les dinosaures peuvent la saluer puisque grâce àelle et son insatiable appétit, la météorite qui devait les exterminer a été avalée sans mot dire par notre héroïne ! Bref, il y a un peu d’humour et pour une fois, il est localisé en français et pas si mal que cela.

Au chapitre des bons points, notons également la grande variété des types de contrôles proposés : cela va de l’accéléromètre au d-pad, en passant par un pavé tactile et le simple tapotage, chacun étant accompagné de ses réglages propres. L’accéléromètre est sans aucun doute le système le plus amusant ! C’est d’ailleurs le réglage par défaut.

L’autre bon point du jeu est la diversité des bidules àavaler : il y a vraiment de tout ! On passe ainsi des insectes àla coulée lave, des boutons aux montagnes, des dinosaures… aux planètes. Pour chaque niveau, on ne sait pas trop ce qu’il va falloir avaler mais ce qui est certain, c’est bonjour les crampes d’estomac après ce festin peu ragoà»tant !
En ce sens, Tasty Planet est très proche d’I Love Katamari, dont il reprend le concept mais en vue de haut (et sans les ralentissements dus àla 3D mal gérée du jeu de Namco).

Si tout cela est bel et bon, Tasty Planet n’en souffre pas moins de quelques défauts, dont le plus rédhibitoire est la quasi-absence d’opposition : certains objets ou animaux tentent bien de vous ralentir, mais ça n’est pas très palpitant. On aurait pu imaginer que certains bestiaux essaieraient de boulotter notre amie la boule pour la réduire de taille, ou encore que le fait de ne rien avaler durant un certain laps de temps amincirait l’héroïne. Seuls quelques rares animaux arrivent àfaire du mal àla boue, mais il est trop facile de les éviter.
Le jeu se laisse porter sur sa trop grande facilité : heureusement qu’il y a 49 niveaux relativement longs car sinon on ferait le tour du jeu en claquant des doigts.

L’autre défaut du jeu tient du goà»t et des couleurs : le titre n’est pas particulièrement joli. Les couleurs grisâtres et maronnâsses tristouilles sont légion, tandis que le design des objets et des décors n’a vraiment rien de transcendant. Le moteur du jeu est plutôt bon, mais il aurait fallu embaucher quelqu’un d’un tant soit peu talentueux pour faire vibrer des graphismes ternes et sans saveur. Bref, on l’aura compris, de ce point de vue ça n’est pas vraiment emballant.

En revanche, la bande-son du jeu est très sympathique, avec des accents jazzy qui ne collent pas vraiment àl’horreur de ce qui se déroule sous nos yeux, mais c’est ce contraste étonnant qui en fait tout le sel. Les bruitages sont plus discrets mais toujours amusants.
Game Center apporte une liste de 20 réalisations ainsi que des classements pour chaque niveau ainsi qu’un top global. Rien àredire làdessus.

Pour conclure

Cette suite de Tasty Planet, qui n’en est pas vraiment une, a les mêmes qualités et mêmes défauts que son prédécesseur : un concept amusant (repiqué sur Katamari, certes), des contrôles variés pour accommoder tous les goà»ts et une bande-son bien vue (et entendue). Par contre, la réalisation graphique ne vaut pas tripette et l’absence de réelles difficultés font que l’on ne risque pas de retourner se faire de petites parties de temps en temps, ce d’autant qu’il y manque un mode Survie. Un peu léger donc, mais le petit prix et la sympathie qui se dégage du jeu pourraient aider certains àcliquer sur le bouton Acheter.

- Tasty Planet : Back for Seconds

+ Types de contrôles variés
+ De l’humour
+ Variété des bidules àavaler
+ Bande-son au top

- Beaucoup trop facile
- Des graphismes pas exceptionnels
- Pas de mode Survie

Version de test : 1.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : localisé en français
Poids : 18 Mo
Affiliation réseau : Game Center

 

Note FunTouch.net : 6/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page