The Pirate King prend l’eau

Par iMike le 29 novembre 2011 à 18h05

The Pirate King prend l'eau

Ola moussaillon ! Etes-vous prêt à souquer ferme pour devenir le roi des pirates ? Souquer ferme, ou plutôt s'ennuyer ferme : c'est la formule qui hélas convient à The Pirate King, qui offre très peu de jeu à proprement parler.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

The Pirate King est la deuxième collaboration entre Bulkypix et Egg Ball, après le sympathique A Moon for the Sky (notre test) et le fort attendu Jazz. Ce nouveau titre a connu une sortie contrariée, puisqu’il devait être disponible en septembre… pour finalement n’être proposé qu’en novembre. Bref, on s’en fiche pas mal car le plus important est que le jeu est finalement entre nos mains !

Le coà»t des âmes a augmenté plus vite que l’inflation.

Pas le roi des pirates

Le jeu se propose de nous embarquer dans un univers de pirates et de corsaires, surfant ainsi sur la vague de la saga « Pirates des Caraïbes » : après avoir subi les derniers assauts de Blanks, le joueur se retrouve àl’état d’esprit flottant dans les airs et ruminant sa vengeance. Fort heureusement, la bonne fortune ne l’a pas quittée : il va avoir l’occasion de reprendre la mer pour combattre de nouveau les pirates, monter àl’échelle des niveaux et avoir de nouveau une chance de batailler contre sa némésis.

The Pirate King est très simple. Il consiste àvisiter les 15 tableaux les uns après les autres, qui figurent autant de niveaux d’XP - de l’XP que l’on gagnera en prenant la mer et en s’engageant dans des batailles… mais nous n’en sommes pas encore là.
Ces fameux tableaux permettent d’acheter toutes sortes d’équipements pour améliorer son vaisseau : nouvelles voiles et proues, des armes, un drapeau neuf, augmentation de la vitesse et de la réparation… On disposera également d’une fontaine de la chance et d’une roue de la fortune qui permettra de gagner des lots en tout genre.

 

Bref, ce sont autant de boutiques dans lesquelles on claquera plus ou moins d’argent. L’argent, c’est le moteur du jeu : les pièces d’or devront être impitoyablement chassées ! Des sacs apparaissent de temps àautre dans les tableaux, profitez-en, c’est àpeu près la seule chose gratuite qui sera proposée dans le jeu… car pour le reste, tout est payant dans The Pirate King. Et plutôt cher : la première voile un tant soit peu intéressante est tarifée 12 000 pièces, ce qui est très onéreux.

Afin de récupérer plus de pièces, on pourra échanger des âmes contre des packs d’or. Ce sont ces esprits que l’on pourra monnayer contre de l’argent sonnant et trébuchant ; pour vous donner une idée, 30 âmes représentent 30 000 pièces, tandis que 150 âmes coà»tent 0,79 euro.
Quand on sait que ces esprits peuvent être également échangés contre des batailles en mer (le sel du jeu), et qu’ils sont très rarement offerts gratuitement, on se dit qu’il va falloir rapidement passer àla caisse.

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page