Super Monkey Ball 2 : monnaie de singe

Par iMike le 11 janvier 2010 à 12h05

Super Monkey Ball 2 : monnaie de singe

Le premier Super Monkey Ball avait laissé un goà »t un peu amer en raison de quelques soucis de jouabilité. Sega a t-il revu sa copie pour la deuxième version de son jeu fétiche ?
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Lancé en même temps que l’ouverture de l’AppStore, Super Monkey Ball a été de toutes les campagnes de pub pour la boutique d’applications et l’iPhone, et encore aujourd’hui son icône trône en bonne place sur les communications conçues par Apple. Il faut dire que la signature est prestigieuse tandis que le studio développeur ne l’est pas moins : il s’agit bien entendu de Sega, marque chérie des amateurs de plaisirs vidéo-ludiques.

Malheureusement, même si la réalisation tire partie des meilleures capacités des terminaux tactiles de l’époque (tout en 3D !), cette première mouture s’est avérée rapidement décevante àcause de soucis de jouabilité, le petit singe dans sa bulle n’ayant rien de vraiment facile àpiloter, àmoins de s’entraîner un long moment.

La version 2, sortie avant les fêtes, a fait la une car il s’agit de la suite très attendue d’un jeu symbolique, mais également l’obligation pour Sega de faire mieux. Le contrat est-il rempli ?

Au départ, il y avait la boule

Rien n’a changé par-rapport au premier épisode : il s’agit toujours de faire franchir àun petit singe enfermé dans une boule les niveaux (115 en tout) bourrés d’obstacles, en s’aidant de l’accéléromètre.
Chaque niveau demandera un certain temps de jeu qui ira de 5 à50 secondes, suivant que vous fonciez vers la porte de sortie ou que vous preniez le temps de ramasser les bananes, synonymes de bonus et de vies supplémentaires.

Le jeu réclame une bonne dose de souplesse et de doigté pour éviter de tomber dans le vide ! Et pour ce faire, il faudra jouer de l’accéléromètre, qui reste la seule option disponible pour diriger notre héros (ou trois de ses amis). La boule réagit àson environnement, c’est àdire qu’elle ira plus vite dans une descente ou ralentira dans une pente. Les aspérités du terrain pourront vous faire tomber, il sera donc nécessaire de prendre tout cela en compte avant de foncer tête baissée… et de prendre son temps également !
Car les niveaux sont bourrés de pièges et d’obstacles qui mettront votre patience àrude épreuve.

Si la sensibilité et la précision du capteur ont été largement revues dans cette version 2, on regrette l’absence d’un pad virtuel, qui aurait été d’une aide précieuse dans les passages délicats - ce d’autant qu’il est impossible de régler l’accéléromètre àsa main ! À cet égard, on apprécie donc le cadran en bas àgauche qui permet de connaitre son inclinaison.
Sega a certes réalisé des efforts en matière de jouabilité, il reste toutefois de la place pour une amélioration sensible en la matière.

Ensuite, il y avait les boules

Deux nouveautés sont ànoter par-rapport au premier épisode. Le premier et le plus notable, c’est un mode multi en wifi qui permet d’affronter jusqu’àtrois adversaires sur une course de 5 niveaux.
Un bogue originel empêchait le bon usage de cette fonction, qui a été corrigé depuis.

Ensuite, trois mini-jeux ont fait leur apparition : un jeu de bowling plutôt amusant et deux autres, qui n’ont pas encore été débloqués : un mini-golf et ce qui ressemble àun jeu de tir sur cible. On attend toujours des nouvelles de Sega sur ce sujet, mais il s’agira de mises àjour payantes.

Techniquement parlant, Sega a largement amélioré sa copie avec des graphismes en 3D àjour des capacités de l’iPhone et de l’iPod touch. À cet égard, fini le mélange parfois hasardeux entre sprites en 2D et décors en 3D du premier SMB : les niveaux sont parfaitement détaillés et se « rater » permet d’admirer une belle animation, aussi pénible que jolie àregarder.
Par contre, côté bande son, c’est toujours aussi « djeunz » dans l’âme avec musique technouille et bruitages désespérants. Et il est impossible de lancer un morceau de sa bibliothèque musicale… On a vu, et entendu, mieux.

Pour conclure

Mieux que le 1, mais aurait pu frapper encore plus fort : tel est le bilan que l’on peut dresser ce de Super Monkey Ball 2, qui conserve toutefois un fort pouvoir de séduction !
Les 115 niveaux offrent en effet un long challenge en mode solo, tandis que le multi, même s’il reste fort limité, est bienvenue. Reste que malgré les efforts de Sega, la jouabilité restreinte continue d’être un chouille handicapante… Rendez-vous pour le numéro 3 !

Super Monkey Ball 2

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page