Sonic CD : retour vers le futur

Par iMike le 15 décembre 2011 à 18h14

Sonic CD : retour vers le futur

Sega mise une fois de plus sur sa mascotte fétiche pour faire la différence en cette période des fêtes où les bons jeux succèdent aux excellents titres. Et avec cette adaptation de Sonic CD sur iOS, l'éditeur y arrive sans soucis !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Après un Sonic 4 Episode 1 qui devait marquer le renouveau de Sega sur notre plateforme (sans trop de succès hélas, lire notre test), Sega revient àses premières amours avec une nouvelle adaptation d’un de ses titres phares - mais on ne parle pas làd’un portage bâclé, sans âme ni saveur, mais d’un vrai travail, ce qui nous change agréablement.

Sonic CD est un titre rare : sorti en 1993, il a été réservé aux quelques happy-few qui ont pu s’offrir àl’époque le Mega-CD, un périphérique pour Megadrive qui n’a pas vraiment connu le succès. Et dans un sens, c’est un investissement qui a ouvert la porte àla fin des consoles Sega, le constructeur préférant miser sur le logiciel et sur son catalogue. Quoi qu’il en soit, ce titre a reçu àl’époque d’excellentes critiques, certains n’hésitant pas àen faire leur Sonic préféré ! Et aujourd’hui, par la grâce de l’AppStore, nous pouvons nous aussi embarquer dans cette folle aventure.

Cours Sonic, cours

Sonic CD reprend tous les éléments qui ont fait de la saga du hérisson cocaïnomane un succès : on y retrouve la vue de côté en 2D, les plateformes caractéristiques, les fameux anneaux, et bien évidemment la mascotte speedée de Sega. Sonic devra une fois de plus contrecarrer les plans de l’odieux Dr Robotnik, qui a subtilisé les Pierres du Temps de la Petite Planète. Celles-ci lui permettent de bidouiller le passé et le futur àsa guise, une engeance insupportable pour notre héros qui compte bien récupérer ces fichues caillasses sur le cadavre fumant de sa némésis… sans compter que l’atroce Metal Sonic a entre temps kidnappé Amy Rose, l’amoureuse de Sonic ! C’en est trop.

JPEG - 435.8 ko

Sega a t-il finalement réussi àadapter parfaitement une de ses vieilleries vidéo-ludiques ?

Le gameplay du jeu est très efficace et rappellera certainement d’excellents souvenirs : on y pilote un Sonic comme toujours survolté dont les mouvements lui permettent de foncer toutes brides abattues àtravers niveaux plus ou moins labyrinthiques. Les 7 chapitres, composés chacun de 3 niveaux, comprennent leurs particularités propres : flippers dans Collision Chaotique, ambiance aquatique (attention àl’oxygène !) dans Tempête des marées, tapis collant dans L’Atelier fou… Il faudra pour chaque s’adapter et éviter de foncer comme un âne si l’on veut bien tout explorer.

Des étapes spéciales font leur apparition lorsque le compteur d’anneaux dépasse les 50 : on a alors droit àune course minutée en 3D dans laquelle il faut rentrer dans le lard de soucoupes volantes afin de choper des bonus… et les fameuses Pierres du Temps. On aura donc tout intérêt àsurveiller ses anneaux et éviter de se les faire dérober lors d’une touchette malheureuse avec un ennemi !

Outre le gameplay classique, attendu et néanmoins toujours aussi efficace de Sonic, ce jeu offre un twist particulièrement intéressant : la temporalité. Il existe deux balises àdénicher dans les niveaux : Passé et Futur. Une fois qu’on en a franchi une, il suffit de filer suffisamment vite et longtemps pour basculer dans le temps voulu, ce qui a pour conséquence de modifier légèrement l’agencement des niveaux et surtout, les décors !
De plus, il existe deux « mauvais » futurs : le premier, tenu dans la main de fer de Robotnik, est plus ardu que la version « présent ». Si l’on la bonne idée de faire d’abord un bond dans le passé pour y détruire le générateur de robots, alors le deuxième palier « futur » se montrera moins difficile.

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page