Battle Blasters : Pong aux stéroïdes

Par iMike le 12 janvier 2010 à 12h21

Battle Blasters : Pong aux stéroïdes

C'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures soupes. Cet adage est remis au goà »t du jour par le studio Little Guy Games, avec son dernier jeu Battle Blasters. La soupe est-elle pour autant meilleure ? C'est ce qu'on va voir.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Battle Blasters est en quelque sorte le dernier avatar de Pong : deux ennemis d’un côté et de l’autre de l’écran s’envoie des projectiles àtravers la tête, jusqu’àce que mort s’ensuive.

Évidemment, les temps glorieux sont heureusement derrière nous et le studio ne pouvait se contenter de deux raquettes et d’une balle blanche sur fond noir ! C’est pourquoi le jeu prend place en l’an 3042, une période sombre durant laquelle le seul amusement consiste en des matchs àmort entre les meilleurs combattants de la planète.
Ces combats se déroulent au sein de microscopiques arènes, où l’on a une chance sur deux de se faire toucher, àmoins d’être vigilant et alerte !

Il est possible de prendre en main la destinée des six personnages (deux au départ, les autres étant àdébloquer), qui tous disposent de leurs caractéristiques propres et de leurs armes de prédilection. Les femmes seront par exemple plus rapide mais moins puissantes, tandis que les hommes seront plus lourds sur le terrain, mais plus résistants.

Chacun de ces personnages disposent également d’une super-arme qui leur propre et qu’il faudra déclencher àbon escient. Il sera donc nécessaire de surveiller la jauge d’armement qui se remplit tant qu’on ne s’en sert pas et qui non seulement permet d’activer la super-arme, mais permet aussi d’occasionner plus de dégâts… si le tir touche l’adversaire !

Son héros peut en effet bouger àl’horizontale, et uniquement àl’horizontale : dommage, on aurait apprécié d’aller également àla verticale.

Les déplacements et tirs se déroulent d’une manière tout àfait naturelle. Si les mouvements du personnage n’attirent pas de remarques particulières, en revanche les tirs s’activent de deux manières différentes : soit un tir léger (long geste du doigt), rapide mais peu efficace, soit un tir lourd (court geste du doigt), plus dévastateur mais plus lent.
Au milieu de l’arène, on ne calcule franchement pas et on tire comme un soudard en espérant que quelques tirs perdus atteignent leur cible !

Une option multijoueur est disponible et elle est franchement réussie : elle permet de jouer contre un adversaire sur le même écran ! Il suffit de tomber sur un pote avec une mauvaise foi aussi affà»tée que la sienne pour prendre son pied : un régal. Ça n’empêche pas qu’on déplore l’absence d’un mode multi en Bluetooth, en wifi, voire en ligne, c’est pourtant le prototype même du jeu qui s’y prête.

Graphiquement parlant, on nage en plein années 90, avec sprites et décors façon Megadrive ! Mais l’art-design est plutôt bien fichu et l’ensemble se révèle suffisamment mignon pour qu’on apprécie les traînées laissées par les tirs.

Pour conclure

Il y a plein de choses qui manquent dans ce petit jeu : des arènes (6 seulement !) et des personnages supplémentaires, la possibilité de « customiser » et de personnaliser son avatar et ses armes, le déplacement vertical en plus de l’horizontal, un mode multi en wifi/Bluetooth et en ligne… Mais on imagine aisément qu’il s’agit làpour le studio d’un coup de sonde, pour voir l’intérêt du public envers son jeu et de proposer plus de contenu dans les jours et les semaines qui viennent.
Espérons simplement qu’il ne s’agira pas que de contenu payant mais que tous les joueurs enthousiastes qui ont claqué les 2,39 euros demandés (alors qu’honnêtement, le jeu ne vaut pas plus de 0,79 euro) pourront obtenir gratuitement ces petits bonus.

Mais en l’état, le jeu est suffisamment mignon et sympathique pour qu’on retourne s’en faire une petite partie, surtout àdeux ! Mais tant que l’éditeur n’aura pas étoffé un peu le contenu de sa production, on ne changera pas sa note de 3/5. À bon entendeur…

Battle Blasters

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page