Six Guns : il en aurait fallu plus de six

Par Nmacipad le 20 décembre 2011 à 19h03

Six Guns : il en aurait fallu plus de six

Six Guns vous met dans la peau d'un bon samaritain… Mais justement, jouer le gentil y en a un peu marre, suivre Red Dead Redemption est une chose, faire son contraire en est une autre, pour comprendre le pourquoi du comment c'est par ici que ça ce passe !
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
JPEG - 628.9 ko

Gameloft est le studio français qui est le plus présent sur iOS, et leurs jeux aussi pèsent sérieusement dans la besace. La spécialité du studio : l’inspiration très présente de titres AAA sur d’autres plateformes se fait encore ressentir dans Six Guns, un jeu qui en a dans le ventre, pardon qui en avait... On veut bien être gentil mais le freemium à la sauce Gameloft devient tout bonnement insupportable, et cette production en est sans doute le pire ! Attention, on ne crache pas sur le soft et on ne le compare encore moins à un certain Red Dead Redemption, sur ce point c’est sûr que la différence est énorme, comme le dicton le dit si bien : quand on copie on copie bien !

T’as la peau rouge ?

L’ambiance western est bien présente : le souffle du vent venu de l’Ouest, les serpents du désert qui veulent vous faire la bise, ou encore des ours mal léchés qui ne demandent qu’à vous faire de gros câlins ! Sur le moment Six Guns parait vraiment bon pendant 5 minutes... Un jeu d’une telle envergure nécessite que le joueur dispose d’une grande liberté, or à peine le scénario débute qu’on nous invite à jouer le gentil (les siths peuvent aller se rhabiller).

Outre la référence à l’univers de Lucas, le jeu ne propose qu’une seule voie, celle de devenir le défenseur de l’opprimé, le parfait héros me diriez-vous, mais si le but de Gameloft était de proposer ne serait-ce qu’une once de liberté, il aurait fallu nous laisser le choix d’être le bon, la brute ou le truand ou encore jouer le rôle d’une femme (c’est le rêve d’iMike pas le mien)… Non ici, c’est « tu joues le bon et puis c’est tout, c’est gratuit ». Justement en parlant de gratuité, Gameloft adore les vaches à lait !

Freee ! L’anti-liberté !

JPEG - 562.1 ko

On veut bien accepter le fait d’être le bon (victoire !) mais comment le faire si on ne peut même pas jouer... Vous comptiez vous préparer une petite balade à cheval pour la journée pour ensuite vous lancer dans l’arrestation des truands et sauver les demoiselles en détresse ? Oui c’est possible, seulement si il va falloir cracher quelques dollars dans la besace. Le jeu propose moultes quêtes en tout genre (recherche de totem de poulet, carte au trésor), mais elles se ressemblent malheureusement toutes ! Redondance, pire encore les missions ne peuvent être lancées que s’il reste de la place dans la besace : oui on trouve un objet super rare, on ne peut l’avoir que si l’on a de la place et donc des sous… Ce point tue complètent l’intérêt du jeu. Pas de place, pas de quêtes annexes, que nous reste t-il ? Les quêtes principales pardi !

Je tire et tu meurs !

Le gameplay de Six Guns est typé arcade mais il est très efficace. Les quêtes principales sont diversifiées : soit sauver les madones, soit tuer des zombies. Le problème (encore !) c’est que sans balles, ben… on peut pas tirer. Il faut tout payer : balles, soins, armes, vêtements, il faut payer le jeu plus cher qu’il ne le vaut, la politique de Gameloft joue encore à plein ici.

 

Le titre serait mieux si on l’avait appelé « balade à cheval et le coucher de soleil dans le plus grand ennui ». On s’amuse en disant ça mais sérieusement, Gameloft ne s’est pas foulé. On aurait voulu un peu plus de piment, d’action, un scénario ! Ici, si tu veux être libre il faudra être riche comme Crésus... Attention l’éditeur est clément, toutes les trois heures on aura droit à un pack de munitions gratuites ! Le studio est tellement à la pointe de la technologie, qu’il vous prévient par notification de la disponibilité des munitions pour encore plus de fun ! Le slogan de Gameloft devrait être celui-ci : « Jouez gratuitement mais payez nous ». Tout l’intérêt du gratuit de payer c’est sûr, et c’est quand qu’on joue nous... pour de vrai !

Pour conclure !

Galoper à cheval c’est bien, payer pour jouer cinq minutes, vraiment c’est mal ! La monnaie du jeu (le dollar !) est tellement difficile à obtenir qu’on abandonne le titre après avoir fait le tour des quêtes annexes (ou pas), qui se ressemblent étrangement. Pas de mode multijoueur, aucune personnalité, aucun scénario, on dirait que seul l’aspect graphique intéresse le studio. On vous le dit clairement : on ne porte pas Six Guns dans notre coeur, et on vous le déconseille vivement, à moins que vous vouliez vous refaire le secret de Broke Back Mountain (et encore...) c’est à vos risques et périls, en tout cas on vous aura prévenu.

Six Guns

+ L’ambiance du Far West bien présente
+ La réalisation tient la route
+ Les zombies dans un jeu Farwestique, mouai pourquoi pas
+ Six Guns est un titre qui est très bien choisi...

- ... surtout à cause du manque cruel de balles dans son gun
- Un coté freemium trop présent.
- Des quêtes redondantes
- Aucuns personnages charismatiques
- C’est le bon... et puis c’est tout !

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4S
Niveau d’anglais requis : localisé en français
Poids : 422 Mo
Affiliation réseau : Gameloft Live

 

Note FunTouch.net : 5/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page