Terra Noctis : le mix
des cultures

Par Nmacipad le 23 décembre 2011 à 18h05

Terra Noctis : le mix des cultures

Dans deux jours c'est Noë l, et pour le fêter comme il se doit, Bulkypix met à notre disposition un des plus beaux jeu de plateformes de l'AppStore. Si avec Rayman Origins les consoles de salon possèdent leur titre de référence, elles n'ont pas Terra Noctis ! Pour tout savoir ça ce passe par ici…
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A
JPEG - 431.7 ko

Le studio Bulkypix pourrait être comparé àune usine àvins : parfois les jeux sont tout juste passables, parfois ils peuvent être un bon cru, et de temps en temps on a droit àun cépage d’exception - c’est le cas de Terra Noctis. Nous vous le disons de suite, ce titre est la meilleure production de l’éditeur français !

Terra Noctis reprend tous les bons systèmes de jeux de plateformes de l’histoire vidéo-ludique. Ce n’est pas un jeu auquel on joue 30 minutes, que nenni. Le soft propose une difficulté croissante, des clins d’oeil àd’autres productions du jeu vidéo mais propose également sa propre recette. Vous pensez qu’il aurait passé un mauvais quart d’heure... Heureusement ce n’est pas le cas, tant mieux pour nous ça nous changera des jeux iBidules qui se ressemblent tous. Trêve de bavardages, on se lance de suite pour ce test des aventures d’Allen !

Allen le gentil cauchemar !

Ce n’est peut être pas le point àsouligner dès le début mais pour moi il me parait le plus important : la bande-son de Terra Noctis est digne d’un jeu AAA et fait même mieux que certains ! Chaque planète àexplorer propose un thème différent et immerge au mieux le joueur dans l’univers, déjàunique, d’Allen, le héros du jeu.

Les musiques se rapprocheraient des sons que l’ont peut entendre d’un Rayman pour ne citer que lui, mais il faut dire que Terra Noctis s’en rapproche beaucoup ! Pour finir, les bruitages eux aussi sont de bonne qualité (fées, monstres/cauchemars) mais pour chipoter, pourquoi ne pas avoir collé des voix aux personnages, ça aurait pu accentuer encore l’univers cauchemardesque du titre mais bon on ne peut pas tout avoir... En tout les cas chapeau bas au compositeur de musique : du grand art !

Pour en venir àla conception du jeu, il faut tout de même dire que Terra Noctis s’inspire de plusieurs jeux : clin d’oeil aux fans de The Legend Of Zelda, un équivalent àla fée Navi (ici une chauve-souris) qui vous aidera àvous prévenir des dangers mais aussi de la présence de passages secrets (heureusement elle ne crie pas tout le temps)…

Terra Noctis a l’air d’avoir tout compris au jeu de plateformes sur iOS.

Qui dit bon jeu de plateformes dit aussi un scénario, une accroche. Même si le scénario de Terra Noctis n’est pas le plus inventif qui soit, il a le mérite d’être présent tout au long du jeu. Le but : devenir le cauchemar qui fait le plus peur. Inspiré ici d’un film, Terra Noctis se voit attribué une histoire similaire aux aventures de Casper… mais si vous savez, le gentil fantôme. Le héros, Allen, àla lourde tâche de devenir le cauchemar qui fera sauter au plafond lors de votre sommeil, mais pas de chance, il rate le test auprès du roi cauchemar àcause de sa gentillesse.

Le joueur doit aider Allen àobtenir plus de puissance pour devenir le cauchemar craint par tous dans le royaume. On sent que le développeur àfait l’effort d’imerger au mieux le jouer dans l’univers de son héros, avec des graphismes qui manquent certes de couleurs primaires, mais c’est le but : Noctis (nuit en latin) est un monde des plus étranges composé de créatures malfaisantes, et comme on la vu plus haut, Allen sera épaulé d’une chauve-souris au faux air de Navi et d’une sorcière qui l’aidera àtravers l’achat de bonus (sauter plus haut, courir plus vite, bombe, etc.)

   
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page