C’est Tetris qu’on assassine

Par iMike le 27 décembre 2011 à 17h04

C'est Tetris qu'on assassine

Electronic Arts invente le jeu où il faut tout le temps payer, pour un oui ou pour un non - et malheureusement, ça tombe sur Tetris, un remake bas du plafond de son prédécesseur.
  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
Taille des caractères : A A A

Les versions de Tetris se suivent… et se ressemblent. Le concept imaginé en 1984 par Alexei Pajitnov est tellement définitif que les tentatives de l’améliorer se sont plus ou moins conclues par des fours notoires. Il ne reste alors plus qu’àjouer sur la marge pour tenter d’offrir une expérience de jeu un peu plus originale…

Electronic Arts s’est lancé dans un étrange ballet ces dernières semaines, avec deux des casse-tête les plus célèbres sur l’AppStore : des remakes de Bejeweled et de Tetris, qui tentent de nous faire passer des vessies pour des lanternes, àsavoir des nouveautés pour des vieilleries et ce, en n’investissant que très peu dans les fonctionnalités supplémentaires. Cette réadaptation de Tetris, le jeu qui nous intéresse aujourd’hui, n’offre pas grand chose àse mettre sous les doigts par-rapport àla mouture précédente.

Tétromino, c’est trop

La seule réelle nouveauté est un mode particulièrement bizarre, appelé 1-Toucher. Dès qu’un tétromino se pointe en haut de l’écran, le jeu affiche les emplacements possibles où poser la pièce. Il suffit ensuite au joueur de tapoter àl’écran et le tour est joué ! Autant dire que ce mode n’a rien de particulièrement folichon puisqu’il mâche un peu trop tout le plaisir du gameplay original. À la limite, on parlerait presque d’une autre jeu inspiré de Tetris, mais que l’on ne peut décemment appeler Tetris ni même de « réinvention » ou de « révolutionnaire »Â comme le fait un peu pompeusement le descriptif de l’AppStore.

Ce mode pourra éventuellement servir de point d’entrée pour les débutants, mais qui ne s’est pas encore frotté àTetris de nos jours ? Bref, on le voit, l’intérêt très limité de ce mode ne justifie pas le rachat du jeu…
1-Toucher se complète d’un mode Galaxy qui reprend le même gameplay, mais où il s’agit cette fois de parvenir àun « coeur » placé tout en bas d’un gros tas de blocs que l’on devra exploser en alignant des tétrominos. Làaussi, la jouabilité ne lasse pas d’étonner (et pour tout dire, elle lasse assez vite aussi) mais il y a au moins un objectif àremplir.

Ce mode comporte 7 galaxies de 15 « planètes » àdégommer. Pour les débloquer, il faudra les acheter par l’entremise de pièces àrécolter tout au long de sa progression… et que l’on pourra aussi acheter dans la boutique de micro-paiement du jeu. Cet argent permettra également d’utiliser la dernière innovation de ce remake : les capacités ! Celle-ci permettent par exemple d’exploser les blocs composant le tétromino, ce qui se révélera assez pratique pour boucher quelques fichus trous.
Certains ne manqueront pas de râler de devoir une fois encore passer àla caisse… et ils auront raison, en particulier s’ils ont déjàacheté la version précédente du jeu !

En plus des pièces, EA offre la possibilité d’adhérer au club T-Club, un peu comme le Mickey Club mais pour Tetris, quoi. Pour 0,79 euro par mois, ou 23,99 euros par an, cette adhésion permet d’obtenir des pièces et des lignes en plus… Voilàqui ressemble vraiment àune tentative d’extorsion éhontée !
Bref, on l’aura compris, on n’est vraiment pas fan de cette attitude consistant àsoutirer toujours plus d’argent dans la poche des joueurs honnêtes qui font l’effort d’acheter (une deuxième fois) un jeu qu’ils connaissent déjàpar coeur. Les nouveautés proposées sont trop légères et surtout modifient profondément un gameplay qui n’a pas besoin de ce genre d’artifices pour être fun. Et c’est peut-être làque le bât blesse…

… car il est en effet bien difficile d’innover en matière de Tetris ! Outre les modes 1-Toucher et Galaxy, le jeu comprend, et c’est heureux, un mode Marathon qui reprend le gameplay original du titre. La jouabilité est un coup àprendre mais elle est relativement simple néanmoins : on tapote pour basculer le tétromino, glisser le doigt de droite àgauche pour le déplacer, un glissé vers le bas pour accélérer la chute. C’est efficace (et franchement on voit mal comment faire autrement sur un écran tactile) même si certains mouvements sont quasiment impossibles àréaliser comme l’insertion d’une pièce dans un trou de souris.

Cette version de Tetris conserve une fonction issue de son prédécesseur : on peut conserver une pièce en stock pour mieux la ressortir ensuite àla place d’une autre. Une possibilité (que l’on retrouve dans tous les modes du jeu) bienvenue et qui rendra de fiers services de temps àautre.
EA s’est malheureusement contenté du strict minimum pour ce Marathon : il s’agit en effet d’un mode Survie tout bête, alors qu’on aurait apprécié un contre la montre, des objectifs àremplir, que sais-je encore… mais il ne fallait pas trop en donner aux joueurs qui n’aiment pas payer sans cesse.

Rendez-moi mon Tetris original !

S’il y a une chose de réussi dans ce nouveau Tetris, c’est sa réalisation graphique : fini les fonds de couleur technouille de la version précédente, ce Tetris-ci s’avère bien plus sobre et agréable. L’interface pourrait même encore plus épurée si l’éditeur le souhaitait, mais c’est déjàun bel effort.
La bande-son reprend le fameux thème Korobeiniki ici plus ou moins remixé àla sauce ambient. Il est possible d’acheter, mais oui, d’autres musiques, dont la version 8 bits du célèbre thème (celui qui vous a pourri les oreilles sur GameBoy !). On croit rêver, ce d’autant que ces morceaux sont très chers. Hallucinant.

Et il y a pire : àmoins que je ne sois complètement teubé, je n’ai vu nulle part de classements. Origin, le réseau social que promeut Electronic Arts est particulièrement limité àpas grand chose et ne comprend ni top, ni trophées. J’ai beau chercher, je n’ai vu ça nulle part.

Pour conclure

Chez Electronic Arts, on s’est certainement creusé le ciboulot très fort pour imaginer un gameplay suffisamment attractif pour pousser les joueurs àouvrir leur portefeuille. Malheureusement, cette volonté farouche de continuer àmonétiser un classique et de presser le citron des joueurs n’y font rien : Tetris est suffisamment addictif dans sa livrée originale pour qu’on lâche très vite les pseudo-innovations mises en place dans ce remake. Malheureusement pour le studio… et pour le joueur, qui a perdu une ancienne version plutôt efficace pour une nouvelle adaptation dont les nouveautés ne justifient en rien le rachat. Pire encore : ce Tetris représente tout ce qu’on déteste dans le système de micro-paiements.

- Tetris

+ Heu… C’est un Tetris

- Trop de micro-paiements
- Un nouveau gameplay sans intérêt
- Un mode Marathon trop léger
- Où sont mes classements ?
- Marre d’être pris pour des vaches àlait

Version de test : 1.0.0
Machine de test : iPhone 4
Niveau d’anglais requis : localisé en français
Poids : 15,6 Mo
Affiliation réseau : Origin

 

Note FunTouch.net : 1/10

Télécharger ce jeu

  • commentaire(s)
  • Envoyer
  • Imprimer
  • Haut de page